ACCUEIL |Liens| Contact| Toutes les maquettes La Saga des maquettes d'Alphajet


Revell - 1/72 - 4334

Paradoxe, Revell qui, initialement américaine et après avoir absorbé Monogram et être devenue allemande, demeure actuellement la marque généraliste la plus vivante, n'a jamais développé d'ALPHAJET au 1/72.

Si un tel avion figure à son catalogue, c'est par reprise de moules d'autres marques, en l'occurence ici Fujimi.

C'est en effet la maquette initiale Fujimi 7A-B1 (version allemande donc) qui apparaît sous cette référence Revell. Récupération d'autant plus troublante que la maquette est diffusée sous le nom Revell à peine un an après être sortie sous la marque Fujimi.

Les défauts et les qualités de la maquette Fujimi se retrouvent donc sur cette maquette.

Avec cette boîte Revell tente de présenter avec les décalcomanies appropriées un avion de série du JaboG 49 de Fürstenfeldbrück.

voir la boîte 7A-B1

Marque Revell
Référence 4334
Echelle 1/72
Année 1984
Nbre pièces 60/63
Plastique gris tendre
type semi-série A, B et E
décals Luftwaffe

SES POINTS FORTS

En millimètres 1/72 maquette
Longueur type E 164,5
Longueur type A 173,1 173
Envergure 126,6 126
Hauteur 58,2 58

Uniquement le traitement spécifique de la version allemande bien rendu et sur la notice, et dans les pièces de la maquette (charges) et dans les décalcomanies.

La gravure en creux, mais malheureusement pleine d'erreurs.

SES POINTS FAIBLES

La gravure des phares d'atterrissage sur le bord d'attaque, qui, si elle est moins marquée que pour d'autres marques, est toujours un reste des prototypes.

La gravure des panneaux qui sont en quasi totalité farfelus (à cette échelle ils peuvent être effacés). Et des détails faux comme l'excroissance sur le flanc droit à l'amplanture sous le bord de fuite, voulant représenter la prise d'air positionnée plus haut et plus en avant.

Le manque de détails du cockpit où les sièges éjectables sont forcément faux car non représentatifs ni du Stencel allemand ni du MB français. Et la verrière au plastique épais et aux montants trop marqués.

Le moulage en une seule pièce des guignols de commande des volets avec les pylones de bombes ou de réservoir, pièces qu'il faut séparer pour présenter un avion lisse.

L'absence des phares d'atterrissage sur les trains principaux.

CONCLUSION

De trop grosses erreurs pour faire une bonne maquette de l'Alphajet. Mais spécificités de la version allemande bien appréhendées.