ACCUEIL |Liens| Contact| Toutes les maquettes La Saga des maquettes d'Alphajet


Heller - 1/72 - 80257 (2) et (3)

Première surprise de ces boîtes : sous une même référence que la maquette sortie 10 ans plus tôt, on trouve une autre maquette !

C'est que le regroupement des deux marques Heller et AIRFIX a opéré et cette dernière s'est substituée à la maquette Heller.

Marque Heller
Référence 80257
Echelle 1/72
Année 1996
Nbre pièces 69
Plastique gris tendre
type semi-série A, B et E
décals Luftwaffe et FAéB

Nouvel avatar de la maquette 03035 d'AIRFIX accomodé à la sauce française avec une décoration PAF, très porteuse dans le pays.

Cette maquette a existé sous différents boîtages et dans différents plastiques et figurait toujours au catalogue jusqu'à ce que la marque française ne disparaisse (momentanément ou totalement).

Il est amusant de voir comment sur la boîte, le même dessin de BECHENNEC a été réutilisé, réduit et retourné avec l'évolution du graphisme commercial d'Heller.

Notoriété commerciale oblige, ne figurait plus en final que la seule décoration PAF avec aussi une notice revue et ''moderne''.

Les qualités et les défauts de la maquette AIRFIX se retrouvent evidemment ici avec en plus l'usure du temps.

Elle est une bonne base sur laquelle il est possible de travailler pour obtenir une reproduction correcte au 1/72, si on évite les mélanges prototype/avion série.

voir la boîte 03035

SES POINTS FORTS

En millimètres 1/72 maquette
Longueur type E 164,5 164
Longueur type A 173,1 173
Envergure 126,6 126
Hauteur 58,2 58

Uniquement la justesse de ses dimensions globales et le respect des proportions.

En effet, les pièces collent parfaitement à un plan au 1/72 ou à une photo ramenée à cette échelle, tant pour la longueur, les envergures aile et plan arrière, la longueur du cockpit, ainsi que les épaisseurs de fuselage et les voies de train.

Les décalcomanies intéressantes pour reproduire un avion PAF (ancien cependant et sans numéro individuel de dérive!).

SES POINTS FAIBLES

Evidemment, la gravure qui à l'époque était toujours en relief. Et qui,lorsqu'elle est en creux, est trop prononcée comme par exemple pour la dérive dont la partie mobile est très affleurante dans la réalité.

La gravure des phares d'atterrissage sur le bord d'attaque, un reste des prototypes.

La gravure des panneaux qui sont en quasi totalité farfelus (à cette échelle ils peuvent être effacés).

Le manque de détails du cockpit où les sièges éjectables sont forcément faux car non représentatifs ni du Stencel allemand ni du MB français. Et la verrière au plastique épais et aux montants trop marqués.

Le moulage en une seule pièce des guignols de commande des volets avec les pylones de bombes ou de réservoir, pièces qu'il faut séparer pour présenter un avion lisse, ce qui est le cas pour la PAF.

L'absence des phares d'atterrissage sur les trains principaux.

CONCLUSION

Une bonne base pour qui sait se passer de la notice et recréer les versions exactes de l'avion, à partir visiblement, d'une reproduction du prototype N°3.