ACCUEIL |Liens| Contact| Toutes les maquettes La Saga des maquettes d'Alphajet


Heller - 1/72 - 257

Confrontée au besoin d'être en phase avec la norme anglo-saxonne, la marque Heller a, dans les années 1970, développé une riche gamme d'avions au 1/72, échelle plus "conventionnelle" et commercialement plus porteuse que le 1/50 ou 1/100. Un Alphajet devait figurer dans cette série.

Si la maquette peut apparaître réussie par rapport aux standards de l'époque, elle est sortie elle aussi, si tôt, qu'elle représente un avion prototype.

Pendant dix ans, elle a figuré au catalogue Heller avant d'être remplacée, regroupement des marques oblige, par la maquette d'origine AIRFIX.

Caractéristique de cette époque de la marque, la boîte est au départ, ornée d'un superbe dessin de Francis Bergèse. Elle sera ensuite modifiée quand les boîtes Heller seront sur fond noir, mais toujours avec le dessin de Bergèse qui lui disparaîtra lors de l'époque Heller-Humbrol. Si la maquette elle même n'a pas changé, sa décoration a elle été modifée lorsque, ressortie dix ans plus tard, elle voulait, intérêt commercial oblige, représenter un avion de la PAF sous la référence 80257 et non plus 257

Cette maquette est restée au catalogue Heller jusqu'à être intégrée dans la boîte spéciale "35 ans de PAF". Ce qui avec la boîte individuelle sortie peu de temps auparavant forme une hérésie puisque la maquette, encore une fois, est représentative du prototype, alors que, bien évidemment, la PAF n'a jamais utilisé que des avions de série.

Marque Heller
Référence 257
Echelle 1/72
Année 1977
Nbre pièces 62
Plastique gris tendre
type prototype
décals prototypes 03 et 04

SES POINTS FORTS

En millimètres 1/72 maquette
Longueur type E 164,5 167
Longueur type A 173,1 180
Envergure 126,6 128

Des dimensions globales à peu près correctes. Cependant en vérifiant sur un plan au 1/72 ou à une photo ramenée à cette échelle, la longueur du fuselage semble trop grande, sans qu'il soit possible de déterminer quelle partie est mal rendue. En outre, quelques défauts sont flagrants, tels le croupion et le haut de dérive mal rendus

Les guignols de commande des volets moulés séparément des pylones de bombes ou de réservoir, permettant de présenter un avion lisse.

SES POINTS FAIBLES

La gravure qui à l'époque était toujours en relief, mais ici très finement rendue.

La gravure des phares d'atterrissage sur le bord d'attaque, valable uniquement pour les prototypes.

La gravure des panneaux qui sont en quasi totalité farfelus (à cette échelle ils peuvent être effacés).

Le manque de détails du cockpit où les sièges éjectables sont forcément faux car non représentatifs ni du Stencel allemand ni du MB français. Et la verrière au plastique épais.

CONCLUSION

Une bonne représentation des prototypes et une bonne base pour transformer éventuellement en avion de série.

 

/html>