ACCUEIL |Liens| Contact| Toutes les maquettes La Saga des maquettes d'Alphajet

AIRFIX - 1/72 - 03035-5 et 9 03035 - 1/72

Cete maquette sortie la première fois début des années 1980 demeure trente ans après, toujours vivante puisque commercialisée encore en 2008 sous la marque AIRFIX et par la marque Heller, jusqu'à sa mise en sommeil récente.

Cette longévité lui est permise car à l'époque, elle a déjà représenté, alors que l'avion lui-même entrait à peine en service, les caractéristiques de l'avion de série (entre autre l'absence des phares dans les ailes contrairement à son homologue et quasi contemporaine maquette Heller).

Malheureusement, et même si ses caractéristiques générales sont bonnes, elle accuse son âge par sa gravure en relief et son manque de détails tant dans le cockpit que les puits de train etc...et de plus comporte de grossières erreurs liées à la confusion entre l'avion de série et le prototype (03 le plus représentatif de la version appui allemande).

Marque AIRFIX
Référence 03035-5 / 9 03035
Echelle 1/72
Année 1980 / 1982
Nbre pièces 69
Plastique gris tendre
Type semi-série A, B et E
Décals Luftwaffe et FAéB

Elle demeure aussi très approximative sur certains points: ainsi l'emplacement de ces fameux phares d'aile reste profondément marqué en creux alorsqu'il est totalement inexistant sur l'avion réel. De même les différences entre les versions sont très approximatives par exemple au niveau des diverses antennes.

Cette maquette existe sous deux boîtages différents au contenu strictement identique: même maquette, mêmes décalcomanies, même notice. Sortie deux ans après, la référence 9 03035 correspond à une nouvelle politique commerciale de la marque AIRFIX avec un logo plus moderne et un nouveau graphisme. A la différence de la précédente boîte qui présentait un dessin de deux appareils en vol, c'est maintenant une photo de la maquette réalisée qui figure sur le couvercle.


Elle a aussi été commercialisée aux Etats Unis sous différentes marques (MPC, USAIRFIX...).

Les décalcomanies, grossières (mais elles datent d'il y a trente ans), permettent de reproduire l'avion AT03 de la Force Aérienne Belge et soit-disant un avion du JaboG49 de Fürstenfeldbrück, en fait faute d'insigne de cet escadron, plutôt commes les pièces le montrent, le prototype N°3, sous les couleurs de la Lufwaffe.

Cette maquette est une bonne base sur laquelle il est possible de travailler pour obtenir une reproduction correcte au 1/72, si on sait éviter les mélanges prototype / avion série.

Analyse de la nouveauté dans AIRFAN N° 23 de septembre 1980

SES POINTS FORTS

En millimètres 1/72 maquette
Longueur type E 164,5 164
Longueur type A 173,1 173
Envergure 126,6 126
Hauteur 58,2 58

Uniquement la justesse de ses dimensions globales et le respect des proportions.

En effet, les pièces collent parfaitement à un plan au 1/72 ou à une photo ramenée à cette échelle, tant pour la longueur, les envergures aile et plan arrière, la longueur du cockpit, ainsi que les épaisseurs de fuselage et les voies de train.

SES POINTS FAIBLES

Evidemment, la gravure qui à l'époque était toujours en relief. Et qui, lorsqu'elle est en creux, est trop prononcée comme par exemple pour la dérive dont la partie mobile est très affleurante dans la réalité.

La gravure des phares d'atterrissage sur le bord d'attaque, un reste des prototypes.

Bien des confusions autres entre les types d'appareils : par exemple, les Alphajet allemands n'ont jamais eu d'antenne VOR-ILS en sommet de dérive, ni les belges même depuis leur modernisation, d'antenne de cette taille.

La gravure des panneaux qui sont en quasi totalité farfelus (à cette échelle ils peuvent être effacés).

La position des aérofreins trop avancée.

Le manque de détails du cockpit où les sièges éjectables sont forcément faux car non représentatifs ni du Stencel allemand ni du MB belge. Et la verrière au plastique épais et aux montants trop marqués.

Le moulage en une seule pièce des guignols de commande des volets avec les pylones de bombes ou de réservoir, pièces qu'il faut séparer pour présenter un avion lisse.

L'absence des phares d'atterrissage sur les trains principaux.

La notice très imprécise sur les différences et la réalité des deux versions proposées.

CONCLUSION

Une bonne base pour qui sait se passer de la notice et recréer les versions exactes de l'avion, à partir visiblement, d'une reproduction du prototype N°3.

 

/html>